Les établissements spécialisés pour ENFANTS et ADOLESCENTS en situation de handicap

CAFS - Centre d’accueil familial spécialisé


Il est exclusivement rattaché à un établissement médico-social. Le Centre peut accueillir des enfants et adolescents des deux sexes âgés de zéro à dix-huit ans, en situation psychologique et familiale difficile. Les enfants pris en charge au CAFS sont accueillis par des assistantes familiales agréées par le Conseil Général et membres de l'équipe pluridisciplinaire.

L'enfant bénéficie de sa chambre, de ses rangements et peut, s'il le désire, s'inscrire dans des activités extrascolaires (sport, culture). L'enfant fréquente généralement l'école du quartier de sa famille d'accueil ou bien celle qui est la plus adaptée à ses besoins dans le cadre de son projet personnalisé.

Le projet permet d'offrir et d'assurer une sécurité affective et matérielle dans le cadre familial spécialisé, de soutenir l'intégration scolaire et sociale de l'enfant, afin d'appuyer et d'étayer le lien entre l'enfant et la famille, dans l'objectif de préparer son retour en famille.

Un suivi régulier de l'enfant est assuré par l'équipe médico-éducative tant dans sa famille d'accueil qu'auprès des différentes instances participant à son projet (école, lieux d'apprentissage, activités extrascolaires, services sociaux ou juridiques...).

 

CAMSP - Centre d’Action Médico-sociale Précoce


Ces centres reçoivent des enfants, de la naissance à six ans, présentant ou susceptibles de présenter des retards psychomoteurs, des troubles sensoriels, neuro-moteurs ou intellectuels, avec ou sans difficultés relationnelles associées. Certains CAMSP assurent le suivi spécifique une fois par an des anciens prématurés.

Les objectifs d’un CAMSP sont :

  • le dépistage des déficits ou handicaps,
  • la prévention de leur aggravation,
  • la rééducation par cure ambulatoire,
  • l’accompagnement des familles, le lien avec les écoles et établissements spécialisés,
  • l’aide à l’intégration dans les structures d’accueil de la petite enfance (crèche, halte-garderie, école maternelle),
  • le lien avec les structures hospitalières et « de ville »

 

Dans ce lieu peuvent exercer des pédiatres, des pédopsychiatres, des orthophonistes, des assistantes sociales, des neuropédiatres, des kinésithérapeutes, des psychomotriciens, des psychologues…



CLIS - Classe d’Intégration Scolaire

Les CLIS ont pour vocation d’accueillir des élèves en situation de handicap dans des écoles ordinaires afin de leur permettre de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire ordinaire.


Il existe quatre types de CLIS :


  • CLIS 1 (ou D) ont vocation à accueillir des enfants présentant des troubles importants des fonctions cognitives. Ces classes, les plus répandues (parmi les CLIS), accueillent les enfants ayant des problèmes cognitifs (retard mental global, difficultés cognitives électives, troubles psychiques graves, troubles graves du développement...) ayant la capacité de faire des apprentissages scolaires. La classe est prise en charge par un professeur des écoles spécialisé.
  • CLIS 2 (ou A) ont pour vocation à accueillir des enfants présentant des troubles auditifs importants (sourds ou malentendants).
  • CLIS 3 (ou B) ont pour vocation à accueillir des enfants présentant des troubles visuels importants (aveugles ou malvoyants).
  • CLIS 4 (ou C) ont pour vocation à accueillir des enfants présentant une déficience motrice grave ou un trouble de la santé évoluant sur une longue période et/ou invalidant.

 

Pour intégrer une CLIS, la situation de handicap de l'enfant doit avoir été préalablement détectée (par la famille ou l'école) et l'affection doit être notifiée par la Commission des Droits et de l'Autonomie de la Personne Handicapée siégeant au sein de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). La CDAPH oriente l'enfant, après validation par ses parents, et l'enseignant référent met en place un PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) avec l'aide de l'ensemble des intervenants (famille, social, médical, enseignant) en fonction de la situation et du handicap de l'enfant.

La classe d'intégration scolaire permet parfois même à l'âge préélémentaire (de trois à cinq ans), d'orienter les enfants en difficultés vers ce type de classe qui se compose de douze élèves maximum.

Les CLIS font partie intégrante de l'ensemble des dispositifs de l'enseignement spécialisé en France.

 

CMPP - Centre Médico-Psycho-Pédagogique

Le CMPP s'adresse aux enfants et aux adolescents de zéro à dix-huit (parfois jusqu'à vingt ans) souffrant de difficultés psychologiques et/ou scolaires.

C'est un lieu de parole, ouvert à tous les enfants et parents qui peuvent aborder les questions qu'ils se posent dans leurs relations familiales, sociales, scolaires. Il joue également un rôle de prévention. Les familles peuvent consulter de leur propre initiative, et/ou sur les conseils d'un médecin, d'un travailleur social, d'un enseignant...

Lors d'une prise de contact par téléphone ou d'une visite au secrétariat, un rendez-vous est proposé pour un entretien avec un des professionnels de l'équipe, selon la demande de la famille. Ce premier entretien sera suivi d'autres séances destinées à mieux comprendre la situation si cela s'avère utile, et si l'enfant et les parents le souhaitent. L'avis de plusieurs professionnels peut être alors sollicité.

Diverses formes d'aide pourront être envisagées : orthophonie, psychomotricité, entretiens parents-enfants ou parents seuls, psychothérapies, psychothérapie analytique, psychodrame, thérapie familiale...

Si la famille le souhaite, un travail de concertation, dans le respect du secret professionnel, peut avoir lieu avec les enseignants, les médecins, ou les travailleurs sociaux qui connaissent par ailleurs les enfants.

Il est nécessaire la sécurité sociale pour pouvoir bénéficier d'une prise en charge non sectorisée.

 

CMP – Centre Médico-Psychologique

Il s'agit d'une structure d'accueil et de consultation pour des personnes ayant besoin d'un soutien psychologique.

Il existe des CMP infanto-juvénile pour les enfants jusqu'à seize ans et des CMP adultes.

Ce sont des centres de soins totalement gratuits. La prise en charge est pluridisciplinaire. Les différents membres de l'équipe soignante peuvent être des médecins-psychiatres, des psychologues cliniciens et psychothérapeutes, et des assistants sociaux.

Les CMP sont sectorisés. Ils fonctionnent sous forme d'un service hospitalier. En effet, ce sont des établissements publics rattachés aux centres hospitaliers psychiatriques.

Une lettre de recommandation d'un médecin peut s'avérer utile, s'il s'agit d'une demande de prise en charge urgente afin d'obtenir un rendez-vous plus rapidement ; en effet, au sein de nombreux CMP, il y a malheureusement une liste d'attente.

Il n'y a de CMP que dans les villes de plus de 20 000 habitants.

 

EREA - Etablissement Régional d'Enseignement Adapté

Ce sont des établissements scolaires adaptés, et non des établissements médico-éducatifs.

Leur mission actuelle est de permettre à des adolescents en difficulté ou présentant des handicaps d’élaborer leur projet d’orientation et de formation ainsi que leur projet d’insertion professionnelle et sociale en fonction de leurs aspirations et de leurs capacités.

Il existe quelques EREA orientés vers les handicaps sensori-moteurs, mais la plupart accueillent des jeunes en très grande difficulté scolaire.

Les enseignants sont des professeurs des écoles, des professeurs de lycée professionnel, des professeurs de technologie de collège et des professeurs d'éducation physique et sportive.

Les orientations des élèves en EREA sont effectuées par :

 

  • la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDA) pour les élèves présentant un handicap moteur ou sensoriel ;
  • la commission départementale d'orientation vers les enseignements adaptés du second degré (CDO) pour les élèves présentant des difficultés scolaire graves et durables.

La particularité de la prise en charge des élèves d'EREA est liée à la présence d'un internat éducatif. La moitié des élèves sont internes.

 

L’Etablissement pour enfants et adolescents polyhandicapés

Cet établissement accueille des enfants et des adolescents, de trois à vingt ans, atteints de handicaps graves à expressions multiples avec restriction extrême de l’autonomie, la déficience mentale sévère est associée à une déficience motrice importante.

Un amendement dit « amendement Creton » permet de prolonger leur prise en charge au delà de l’âge de vingt ans en cas d’absence de place disponible dans un établissement pour adultes handicapés. L’établissement accompagne l’enfant dans l’ensemble de ses besoins d’apprentissage et de soins et pour ce faire, dispense à ces enfants des soins et une éducation adaptés.

Des activités peuvent être proposées. Selon les différents rythmes de prise en charge, elles peuvent comprendre :

  • des activités d'éveil (musique, comptine, jeux...)
  • des activités sensorielles (peinture, terre, pâte à modeler...)
  • développement et réduction de la dépendance (bassin, psycho-motricité)
  • sorties découverte de la nature

En cas de prescriptions médicales, des rééducations peuvent être mises en œuvre (kinésithérapie, psychomotricité, ergothérapie).

Parmi ces structures, les Services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) ont en outre vocation à intervenir sur le lieu de vie des enfants (famille, crèche, école…) et jouent ainsi aujourd’hui un rôle moteur dans l’intégration scolaire.

 

L’Hôpital de jour pour enfants

L’hôpital de jour pour les enfants est une structure sanitaire qui dispose d’une équipe pluridisciplinaire (pédopsychiatres, psychologues, psychomotricien, ergothérapeute, éducateurs spécialisés, instituteurs détachés de l’Education Nationale, assistante sociale…).

Il accueille en général des enfants jusqu’à l’âge de seize ans, soit pour plusieurs journées, soit pour des demi-journées. Les enfants et les adolescents accueillis souffrent de troubles graves de la personnalité et nécessitent des soins au long cours.

C’est un établissement ou une partie d'un établissement hospitalier qui assure des soins polyvalents, individualisés, intensifs, dans le but d’optimiser l’insertion des enfants dans leur milieu familial à travers des actions psychologiques, sociologiques, thérapeutiques, éducatives et d’accompagnement. Une seule et même équipe prend en charge l’enfant.

 

IEM - Institut d’éducation motrice

L’institut d’éducation motrice est un centre qui accueille des jeunes à partir de douze ans et au-delà de vingt ans (vingt cinq ans maximum, selon le projet) en situation de handicap moteur avec troubles associés.

Il permet aux jeunes de bénéficier d’un parcours de soins élaboré en fonction de leur handicap tout en suivant une scolarité adaptée. Ils sont pris en charge par une équipe pluridisciplinaire qui doit leur permettre de s’épanouir et de les conduire à l’autonomie.

Il met également en œuvre une activité d'éducation spéciale et de soins à domicile mais elle reste minoritaire. Il accueille les enfants et adolescents en internat, en semi-internat et externat.

 

IME – Institut Médico-Educatif

Les Instituts Médico-Educatifs (IME) sont des centres qui regroupent les anciens Instituts médico-pédagogiques (IMP) et Instituts Médico-Professionnels (IMPRO).

Ils accueillent les enfants et adolescents (jusqu’à douze ou quatorze ans) atteints de déficience mentale présentant une prédominance intellectuelle liée à des troubles neuro-psychiatriques (troubles de la personnalité, moteurs et sensoriels, de la communication).

Une éducation spéciale est dispensée en tenant compte des degrés de gravité de déficience et leur aspects psychologiques et psychopathologiques et le cas échéant, des soins infirmiers avec des techniques de rééducation : orthophonie, psychomotricité, kinésithérapie, ergothérapie leurs sont prodigués.

La plupart des centres disposent d’un internat, mais l’accueil en demi-pension est de plus en plus souvent pratiqué.

 

ITEP - Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique

L’Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique (ITEP) est un établissement médico-éducatif. Ce sont les anciens Instituts de rééducation (IR), ou Instituts de rééducation psychothérapeutique (IRP), réformés par le décret n° 2005-11 du 6 janvier 2005.

Il accueille des enfants, adolescents ou jeunes adultes présentant des troubles du comportement importants, sans pathologie psychotique ni déficience intellectuelle.

L’équipe se compose généralement de médecins psychiatres, de psychologues, d'éducateurs et d'enseignants spécialisés, d'orthophonistes, de psychomotriciens... afin de permettre des actions conjuguées et un accompagnement personnalisé.

L’accueil se fait en internat ou demi-pension. L’enseignement est dispensé soit dans l’établissement par des enseignants spécialisés, soit en intégration dans des classes, ordinaires ou spécialisées, d’établissements scolaires proches.

 

IES - Institut d'Education Sensorielle

Il s'agit soit d’un établissement de soins et d'éducation spéciale ayant une section pour déficients auditifs et une pour déficients visuels, soit d'un établissement de soins et d'éducation spéciale pour sourds-aveugles.

  • Les instituts d’éducation sensorielle pour déficients visuels reçoivent des enfants et des adolescents déficients visuels âgés de trois à vingt ans (sauf prolongation permise par l’amendement Creton).
  • Les instituts d’éducation sensorielle pour déficients auditifs reçoivent des enfants et adolescents déficients auditifs âgés de trois à vingt ans (sauf prolongation permise par l’amendement Creton).
  • Les instituts d’éducation sensorielle pour sourds et aveugles reçoivent des enfants et adolescents déficients visuels et/ou auditifs âgés de trois à vingt ans (sauf prolongation permise par l’amendement Creton).

 

PMI – Protection Maternelle et Infantile

Le service de protection maternelle et infantile (PMI) est un service du département. Ce service est dirigé par un médecin et comprend des personnels qualifiés notamment dans les domaines médical, paramédical, social et psychologique. Le service PMI est chargé d'assurer la protection sanitaire de la famille et de l'enfant.

Il organise notamment des consultations et des actions de prévention médico-sociale en faveur des femmes enceintes et des enfants de moins de six ans.

Le service de la protection maternelle infantile organise des consultations prénatales et des actions de prévention médico-sociale en faveur des femmes enceintes. Ces mêmes actions sont proposées à domicile pour les femmes enceintes notamment des actions d'accompagnement si celles-ci apparaissent nécessaires. Elles sont réalisées lors d'un entretien systématique psychosocial au cours du 4ème mois de grossesse. Cet entretien peut être assuré par une sage-femme ou par un médecin du secteur hospitalier, libéral ou de PMI. Cet entretien est distinct du 2ème examen médical obligatoire de suivi de la grossesse réalisé au cours du 4ème mois.

La PMI doit organiser des actions médico-sociales préventives et de suivi. Elles sont réalisées à la demande ou avec l'accord des parents et en liaison avec le médecin traitant ou les services hospitaliers, pour les parents en période postnatale, à la maternité, à domicile (notamment dans les jours qui suivent le retour à domicile ou lors de consultations). La visite, assurée par une puéricultrice de PMI, a pour objet de conseiller, d'orienter les parents en fonction de leurs besoins (soins de puériculture, allaitement, sécurité domestique). Cette visite peut s'articuler avec d'autres interventions à domicile (d'une sage-femme, d'un(e) psychologue, d'un(e) assistant(e) social(e), dans le cadre d'une mesure d'accompagnement social par exemple, d'un(e) auxiliaire de vie sociale ou d'un(e) technicien(ne) de l'intervention sociale et familiale).

Le service de PMI a également pour mission d'organiser :

 

  • des consultations et des actions de prévention médico-sociale en faveur des enfant de moins de six ans et l'établissement d'un bilan de santé pour les enfants âgés de trois à quatre ans, notamment en école maternelle,
  • des actions médico-sociales préventives pour les enfants de moins de six ans requérant une attention particulière, qui sont assurées, à la demande ou avec l'accord des parents, en liaison avec le médecin traitant et les services hospitaliers concernés.

La PMI participe aux actions de prévention et de prise en charge des mineurs en danger ou qui risquent de l'être. Elle contribue, dans le cadre des actions de prévention médico-sociale en faveur des enfants de moins de six ans, aux actions de prévention et de dépistage des troubles d'ordre physique, psychologique, sensoriel et de l'apprentissage. Elle oriente, le cas échéant, l'enfant vers les professionnels de santé et les structures spécialisées. Ces actions de prévention sont, par ailleurs, complétées d'un suivi médical régulier de l'enfant permettant de veiller à sa santé, à son bien être, mais aussi à son éveil. Ce suivi, assuré soit par le service de PMI, soit par un pédiatre ou un médecin généraliste, s'effectue lors de deux rendez-vous médicaux au 9ème et au 24ème mois de l'enfant.

Le service de PMI est responsable, en général, de l'organisation de l'agrément des assistants maternels et familiaux et de leurs formations.

Il a également pour mission de contrôler les établissements de la petite enfance.

La PMI joua, notamment, un rôle précurseur dans la distribution de la pilule contraceptive.

La PMI est actuellement gérée par le Conseil général. Ainsi, elle se situe souvent dans les centres sociaux. Cela permet notamment un travail en étroite collaboration entre les infirmiers en puériculture, les médecins de PMI, les sages-femmes de PMI et les assistants de service social.

Elle mène, entre autres, des actions de prévention et de dépistage des handicaps des enfants de moins de six ans et conseille les familles pour la prise en charge de ces handicaps.

 

SESSAD - Service d'Education Spéciale et de Soins A Domicile

Le service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) a vocation à intervenir, sur notification de la commission départementale d’éducation spéciale (CDES), sur les lieux de vie des enfants handicapés.

Il assure un soutien à l'intégration scolaire ou à l'acquisition de l'autonomie aux enfants et adolescents jusqu'à vingt ans, en liaison avec les familles. Composé d'une équipe pluridisciplinaire (psychologues, médecins, rééducateurs, aides médico-pédagogiques...), il peut intervenir au domicile familial de l'enfant ou de l'adolescent, mais aussi à la crèche, à l'école, au centre aéré ou encore dans les locaux du SESSAD, si la nature de l'intervention et la proximité s'y prêtent.

 

Il est spécialisé par handicap et porte des appellations différentes :

  • SESSAD pour les déficiences intellectuelles et motrices, ainsi que pour les troubles du caractère et du comportement.
  • SSAD (Service de soins et d'aide à domicile) pour le polyhandicap, qui associe une déficience motrice et une déficience mentale sévère ou profonde.
  • SAFEP (Service d'accompagnement familial et d'éducation précoce) pour les déficiences auditives et visuelles graves des enfants de zéro à trois ans.
  • SSEFIS (Service de soutien à l'éducation familiale et à l'intégration scolaire) pour les déficiences auditives graves des enfants de plus de trois ans.
  • SAAAIS (Service d'aide à l'acquisition de l'autonomie et à l'intégration scolaire) pour les déficiences visuelles graves des enfants de plus de trois ans.

Autonomes ou rattachés à un établissement médico-social, les SESSAD sont gérés majoritairement par des associations et, dans une proportion moindre, par des établissements publics ou des hôpitaux. Leur financement est pris en charge par l’assurance maladie.

 

 

SEGPA - Section d'enseignement général et professionnel adapté

La section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) est un dispositif pédagogique adapté pour les collégiens présentant des difficultés scolaires graves et durables. Elle s'inscrit dans le domaine plus global de l'Adaptation et l'Intégration Scolaire (AIS).

Le secteur de l'intégration scolaire concerne des enfants qui ne peuvent suivre une scolarité ordinaire pour différentes raisons (handicap).

Le secteur de l'adaptation s'adresse aux élèves en grande difficulté scolaire mais sans handicap, qui ont besoin d'un soutien pédagogique renforcé et font l'objet d'un projet d'aide.

L'élève de SEGPA est un collégien à part entière. Cependant, l'admission en SEGPA est proposée par la Commission Départementale d'Orientation (présidée par l'Inspecteur d'Académie) sur proposition de l'établissement scolaire ou des parents. La SEGPA est organisée en sections d'environ seize élèves et permet la mise en œuvre de parcours individualisés durant les trois cycles du collège. Les élèves y suivent un enseignement de type général (de la 6è à la 3è), ainsi qu'un enseignement professionnel ou préprofessionnel à partir de la classe de 4è.

En fin de 3è, les élèves passent le Certificat de formation générale (CFG). Ils peuvent poursuivre leurs études pour obtenir un Certificat d'aptitude professionnelle (CAP), soit dans un Lycée Professionnel soit par la voie de l'alternance avec un contrat d'apprentissage.

Les enseignements sont assurés par des professeurs des écoles spécialisés, auxquels sont associés selon les structures, des professeurs des écoles, de collèges, de lycées et de LEP.

 

UPI - Unité Pédagogique d'Intégration

L’unité pédagogique d'intégration (UPI) est un dispositif qui accueille, au sein de certains collèges ou de certains lycées généraux, technologiques ou professionnels, des préadolescents ou des adolescents présentant un handicap mental, sensoriel ou moteur, âgés de onze à seize ans, dont le handicap a été reconnu. Une grande partie de ces enfants venant de CLIS, leur handicap a déjà été reconnu par la MDPH. L'effectif des UPI est limité à dix élèves.

Les professionnels qui interviennent dans les UPI sont des instituteurs ou des professeurs des écoles et des professeurs des lycées et collèges ayant reçu de préférence une formation appropriée.

Les UPI ont été créés par la circulaire n° 95-125 du 17 mai 1995, aujourd'hui abrogée. Le texte qui règlemente aujourd'hui les UPI est la circulaire n° 2001-035 du 21 février 2001.